Article Hebdo - Epil-et-Vous: le centre d'épilation définitive à Genève

Aller au contenu

Menu principal

Article Hebdo

Service Client > Informations
Edition du 20.05.2009 L’érotisme conquérant du zéro poil

L’érotisme conquérant du zéro poil
Par Sabine Pirolt

Aïe! La tendance est à l’épilation totale des zones intimes, surtout chez les adolescentes. D’où vient cette mode récente, que dit-elle de nos mœurs influencées par la pornographie? Réponses de professionnelles de la beauté et de la santé romandes.

A 17 ans, Melinda est une jeune fille comme toutes les autres. La Fribourgeoise rêve de devenir célèbre, aime la mode et les bijoux. Surtout, elle s’épile entièrement, comme toutes les copines de son âge, à la cire ou au rasoir. Entièrement veut dire qu’elle n’a plus un poil ni sous les bras, ni sur les jambes, ni sur le sexe. Pour elle, c’est une évidence. Pourquoi cette chasse aux poils? «C’est plus propre et mieux pour tout, par rapport aux garçons et même pour aller chez le gynécologue.» A écouter les acteurs de deux professions qui mettent leur nez dans ce genre d’endroits, Melinda et ses copines ne sont pas des exceptions. Gynécologue à Gland, Steve Spuhler confirme cette tendance chez les jeunes filles. «Effectivement, il s’agit d’une pratique devenue fréquente.» Même constat des professionnelles de la beauté, à l’instar de Virginie Savère, secrétaire de l’Association suisse d’esthéticiennes propriétaires d’instituts de beauté et de relaxation. «Elles font le bikini complet de plus en plus jeunes et de plus en plus vieilles.» A Genève, Brigitte de l’institut Epil-et-Vous constate une «recrudescence de la demande zéro poil dans les zones intimes» depuis une année ou deux.

A noter, chez Epil-et-Vous, les esthéticiennes conseillent et effectuent toutes les épillations: cire, fils, rasoir, lumière pulsée intense...

Rasoir ou cire orientale. Alors que l’épilation des jambes et des aisselles va de soi aujourd’hui, il n’en est pas encore de même pour l’épilation intime, même si elle progresse à grands coups de rasoir ou de cire orientale. A cet endroit, l’élimination des poils fait encore débat. Dans un livre qui vient de paraître, Du velu au lisse, histoire et esthétique de l’épilation intime, Jean Da Silva, professeur en arts plastiques à l’Université de la Sorbonne à Paris, relève pas moins de 210 rubriques regroupant quelque 30000 messages, sur un forum de discussion médicale très fréquenté. Avec toutes sortes de préoccupation: «Faut-il s’épiler le sexe?», «Epilation intégrale et doute», «Epilation et sport collectif», «Possible honte d’avoir rasé le pubis», «Epilation intégrale et plaisir». Jean Da Silva en est persuadé: «A partir du moment où l’on se pose la question de l’épilation intime, on porte un regard esthétique sur ses organes génitaux. Ce ne sont plus la religion, la morale ou la science qui sont amenées à dire la vérité du sexe, mais l’esthétique.»

Poils moches et sales. Plus prosaïquement, les clientes des esthéticiennes avancent l’argument de l’hygiène et parlent de la sensation d’être plus «nettes» lorsqu’elles soumettent leurs entrejambes à cette opération douloureuse. Virginie Savère: «Les femmes disent des poils: «C’est moche et c’est sale!»
...

Et la fonction érotique? Sale, pas sale, le poil de l’entrejambe? La question est presque secondaire. Si l’épilation intime relève d’une préoccupation esthétique, elle a également une fonction sexuelle. «Le poil étant devenu un empêcheur de jouir en rond, l’épilation devient décisive dans les pratiques bucco-génitales», remarque Jean Da Silva. Et de citer une jeune fille de 18 ans: «Vous ne risquez pas de vous retrouver avec des poils plein la bouche.»
Dans l’édition américaine du Cosmopolitan de janvier 2006, la belle Eva Longoria – Desperate Housewives – encourage toutes les femmes à essayer, au moins une fois, l’épilation intégrale qui «rend le sexe encore meilleur». C’est l’avis de Vincent, un Romand proche de la quarantaine, amateur de femmes. «L’épilation intégrale, je la demande. C’est beaucoup plus doux et sensuel ...

 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu